épopéesGalerie PhotoGalerie Vidéo

Train de rodage du 26 mai 2018

Par Gérard Languedoc.

Ce parcours de rodage n’a pas été choisi au hasard, regardez le profil de la ligne et sa rampe vertigineuse,ça grimpe aussi bien à l’aller qu’au retour !

Notre itinéraire : Sotteville – Saint-Aubin-les-Elbeuf – Bourgtheroulde – Glos Montfort –  Serquigny et retour.

 

L’allumage fut réalisé à 23h30 avec une montée en pression progressive. Le décollage du mano s’est produit à 4h50. A 7h00 nous étions à 3 bars.

Nous étions au timbre vers 9h00. Les premières évolutions ont débuté vers 9h30 avec attelage de la rame constituée du fourgon et des deux voitures de 2ème classe disponibles (la 3 et la 5).

Le départ du poste G fut donné avec un peu de retard en raison du passage d’un TER venant de Paris.

Après un départ énergique (montée en vitesse pour atteindre près de 100km/h), premier arrêt à Elbeuf-St Aubin pour un contrôle rapide des températures de boites d’essieu : RAS.

Passage peu après le tunnel de La Londe.

Un deuxième arrêt fut réalisé à Glos Monfort pour les mêmes contrôles.

Arrêt en gare de Glos Montfort.

Contrôle des températures.

Entre temps nous avions gravi la montée des 3 sapins à une vitesse honorable, saluée au passage du sommet par un coup de sifflet énergique. L’arrivée à Serquigny et le retournement de la rame furent marqués par quelques attentes pour laisser passer les trains réguliers.

Notre rame en gare de Serquigny.

Vers 13h15 nous étions à quai, prêts à déjeuner sur le quai de la gare.

Le départ pour le retour fut donné à l’heure. Un arrêt à Glos Monfort pour contrôles habituels fut mis à profit pour faire la photo de famille. La montée des trois sapins fut saluée comme à l’aller, par un généreux coup de sifflet. La machine gazait bien.

A l’arrivée à Elbeuf-St Aubin un sifflement anormal se fit entendre. Arrêt immédiat, et ce fut le constat : boite chaude sur le bissel côté chauffeur.

Un manque de graissage est à l’origine de cet incident. Après un arrêt de plus d’une heure en gare et un graissage généreux de la boîte, le train put repartir à la vitesse maxi de 30km/h. Arrêt à Oissel pour contrôle et nouveau graissage, puis ce fut l’arrivée à Sotteville vers 19h00. Certes, nous étions tous déçus par cet incident, mais satisfaits d’avoir pu ramener la Princesse  » chez elle « .

(Photos et vidéo : Pacific Vapeur Club, Philippe Caron et Jocelyne Bourneuf)
Previous post

Mardi 1er mai 2018, le PVC sur France 3

Next post

Dieppe les 11 et 25 août

The Author

Philippe CARON

Philippe CARON

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *